Un budget en trompe l’œil

Projet de loi des finances (PLF) 2019

LA MINISTRE S’EST FÉLICITÉE DE LA HAUSSE DU BUDGET DE LA JUSTICE DE 4,9% (PROGRAMMATION SUR 5 ANS). MAIS CE PROJET DE LOI CONCERNE LA PÉNITENTIAIRE UNIQUEMENT :

Pour 2019, la Ministre de la Justice a annoncé 1300 emplois dont 959 pour la pénitentiaire, 51 à la PJJ, 98 au secrétariat général, 100 magistrats et une augmentation des emplois de magistrats à titre temporaire. Pour les services judiciaires, 92 emplois de fonctionnaires sont annoncés. Mais en réalité, nous en sommes à plus 7 en 2 ans, suite aux 85 emplois supprimés en 2018 !

Au total, on compte 6500 emplois en 5 ans, en grande partie pour la DAP afin d’accompagner la création de 10 000 places de prisons supplémentaires.

450 millions d’euros pour lancer une nouvelle programmation immobilière accompagnant la réforme de l’organisation judiciaire. L’UNSa SJ aurait préféré voir écrit 450 Millions d’euros pour la réfection ou la construction de nouveaux Palais.

Trop de juridictions souffrent de conditions de travail dégradées, dues au parc immobilier qui est en mauvais état et insalubre (par exemple, l’amiante à Créteil, Cayenne, Toulon, Nancy etc..)

La Ministre indique dans toutes ses interviews que ce budget en hausse va permettre à la Justice de mieux fonctionner et d’être plus rapide. L’UNSa SJ répond : « Vous ne faites rien pour les Services Judiciaires et encore moins pour les personnels de greffe ! ». L’UNSa SJ n’a eu de cesse de faire des propositions en impliquant le personnel des services judiciaires afin de remédier aux dysfonctionnements de la justice. « Vous les avez toutes rejetées, préférant transférer au privé des procédures et avoir recours à des contractuels. »

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*