Le pouvoir d’achat en chute libre

Dans notre propre administration, de plus en plus de nouveaux retraités font le choix de la réserve. Loin de nous l’image de nouveaux retraités nostalgiques, ayant du mal à couper le cordon ombilical avec leur juridiction d’origine, puisque l’administration ne les y affecte pas en qualité de réservistes. Il s’agit bel et bel d’un problème de pouvoir d’achat qui se pose à eux, dans leur nouvelle vie.

La revue Rfi, la voix du monde résume parfaitement la situation : « Les retraités veulent défendre leur pouvoir d’achat contre deux décisions d’Emmanuel Macron. La première concerne l’augmentation de la CSG, la Contribution sociale généralisée. Un impôt que le président Macron a augmenté sur les pensions de retraite de 1,7%, depuis janvier dernier afin de compenser la suppression des cotisations chômage et maladie pour les salariés du privé. Cette augmentation concerne 60% des retraités. La seconde concerne le quasi gel des pensions : habituellement, les retraites augmentent proportionnellement au coût de la vie. Mais pas en 2019, ni en 2020 : pour les deux années qui viennent, les retraites n’augmenteront que de 0,3%, contre une inflation de 1,6% selon les prévisions. ». On sait aujourd’hui qu’elle dépassera les 2% .

La désindexation des retraites est une mesure gravissime : « 80% des retraités vont s’appauvrir à l’horizon 2020 », poursuit la revue Rfi. La sous-indexation des pensions de retraite représenterait une moyenne de 720 € par an pour 80% des retraités (560 € pour l’ensemble des retraités). Sachant que le montant moyen des pensions de retraite est inférieur à 1 400 euros par mois. L’impact, au quotidien, est conséquent.

Pyramide des âges des retraités du régime général
en paiement au 31 décembre 2016
et cumulant une activité salariée en 2017

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*