Chers collègues,

Hervé Bonglet Secrétaire Général
Hervé Bonglet
Secrétaire général de l’UNSa Services Judiciaires

Tout d’abord, je vous espère tous, ainsi que vos proches, en très bonne santé malgré l’épidémie de COVID-19. Une pensée émue aux familles des collègues décédés et ceux qui ont été touchés par la maladie personnellement. La période qui vient de s’écouler fut exceptionnelle en tous points ! L’UNSa SJ est resté, tout au long de cette période de confinement sur le terrain, autant aux côtés des collègues présents dans les Plans de Continuation d’Activité, que sur les réseaux par l’envoi de courriels personnels, via notre site internet, notre newsletter hebdomadaire et par le biais de Facebook et de Tweeter.

L’UNSA Services Judiciaires, première organisation syndicale des Services Judiciaires, est restée mobilisée pour remplir son rôle de défenseur social. Pour dénoncer les abus de certains “chefaillons” imprudents et peut-être un peu trop sûrs d’eux ; ouverture normale pendant le confinement, obligation imposée aux collègues de venir sur site… au mépris de toutes les consignes du COJ et de sécurité sanitaire ! Ces derniers ont été recadrés et l’UNSa SJ se souviendra de leurs agissements ! Depuis, on entend ici et là que le monde d’après sera différent de celui d’avant… Je reste dubitatif sur ce sujet. Les annonces politiques sont si souvent en décalage avec les faits qu’on peut être comme l’ensemble de nos concitoyens : sceptique sur les changements annoncés. Même si cette crise ne ressemble à nulle autre, personne ne peut se targuer de dire : « j’aurais fait mieux ».

Il reste de nombreuses questions sur la gestion des commandes de masques, de gel hydro-alcoolique et sur les chiffres annoncés jusqu’à la mi-avril. Mais le temps des comptes arrivera tôt ou tard. En attendant, le monde d’après ressemble encore fortement au monde d’avant. On relève encore le non respect de la parole donnée, des fonctionnaires et de leurs acquis sociaux.

Les signaux envoyés, depuis plusieurs semaines, sont très négatifs sur ce que sera le monde d’après. Je relève un signal fort contre les personnels : le retrait des jours de congés, des RTT ou l’annonce d’une prime de 1000€ qui ne concernera finalement que très peu de monde parce que la condition est soumise à un surcroît d’activité et que l’enveloppe globale ne sera pas suffisante pour servir tout le monde. Enfin, autre signal fort, lorsqu’on annonce que les personnels de greffe sont prioritaires quant à l’accueil de leurs enfants par l’éducation nationale mais que dans les faits c’est une autre histoire…

Gardons espoir car “c’est dans l’épreuve et la souffrance que se forme la sève robuste qui fait un peuple fort” dit Laure Conan. À coup sûr nous serons plus forts. Bon courage à tous et bonne lecture de notre UNSa SJ MAG.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*